Carnets de brouillons

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 11 janvier 2016

Questionaire loufoque d'Obni

Par le biais des petits bonheurs je suis retombée sur le questionnaire loufoque d'Obni auquel j'avais répondu il y a si longtemps, quand j'habitais encore à Nice. C'était drôle de le relire, je n'ai pas été certaine tout de suite que c'était bien moi qui avait fait ces réponses là, je n'en ai été certaine que par une anecdote que j'ai vécu et raconté dans ce questionnaire. Ça m'a donné envie de le refaire pour voir si mes réponses seraient très différents aujourd'hui.

En italique les réponses de l'époque, en gras, les réponses d'aujourd'hui quand elles sont différentes.

1 Quel est le premier mot qui vous passe par la tête commençant par la lettre a et se terminant par un e (autrement : quel est le premier mot qui vous est venu sans aucune difficulté) ?

               Âme.
Aime

2 Quel est la deuxième couleur que vous voyez lorsque vous regardez à gauche de votre écran, en fermant l'œil droit ? Imaginez la première ligne d'un début de roman avec cette couleur (une phrase seulement)
Jaune était la nappe, jaune étaient ses draps, le jaune était partout où elle posait son regard, c’était sa façon de mettre du soleil dans sa vie, elle vivait au Groënland.

              C'est en sortant du noir du deuil, qu'elle retrouva le bleu espoir qui allait si bien avec ses yeux.

3 Selon vous que signifie "accroupouner la dentelle pour lorgner à rebours" ?
Accroupouner : mot valise venant de accrocher et de poupouner. Pour lorgner à rebours… Regarder vers le passé. En conclusion je dirais que cela signifie, ressortir son doudou (dentelle car usé, plein de trous.) de l’enfance pour la retrouver.

               Rien du tout, mais c'est tellement joli qu'on s'en moque.

4 Prenez votre signe zodiacal, la marque de votre ordinateur et votre couleur d'yeux. ça donnerait quel type de conseil pour un marin qui s'en irait faire le tour du monde ?
Pour atteindre l’île de Toshiba au sud Japon, éviter le cap sagittaire ou la grande bleue se déchaîne.

               Écoute moi bien Mac, Quand viendra la nuit bleue, tu chercheras la constellation du sagittaire et tu suivras sa flèche

5 Vous vous trouvez au restaurant. Le serveur (la serveuse), épaté(e) par votre allure, vous demande de commander ce que vous voulez.. le tout gratuitement ! Quelle commande irréalisable passez-vous ?
Toast de crevettes fraîches sur son coulis de sève de pin en entrée, steak de marsupilami du brésil accompagné de baies orientales en plat principal, une pyramide de framboises avec ses passages secrets parfumés à la gelée de groseille en dessert. Et le tout avec un petit vin du pays des fées servi bien frais.

               En entrée je prendrai une rencontre décisive, en plat vous me servirez de l'amour à volonté, et en dessert un coulis de bonheurs partagés.

6 Que dire à un type qui chavire d'amour en regardant l'horizon ?
C’est bien de regarder plus loin que le bout de son nez.

               Je ferai la même réponse ;-)  

7 Imaginez une description détaillée à la Flaubert (c'est à dire avec de nombreux détails) d'un vêtement que vous portez à l'instant ou d'un objet qui se trouverait à portée de main.
À ses côtés, sur la table de bois noir, déjà bien usée, se trouvait une assiette, imitation de porcelaine, qu’elle avait achetée il y a des années dans un super marché, du temps où elle était fauchée, ce qui n’avait d’ailleurs pas beaucoup changé. Dans cette assiette, gisaient les restes de son déjeuner, petits os de poulet, qu’elle jetterait plus tard, quand elle aurait fini de répondre à ce questionnaire loufoque. Les os formaient un dessin étrange et mystérieux comme un signe cabalistique invisible aux yeux des profanes. (Mais là, j’ai déjà décrit plusieurs objets non ? Bon je continue encore un peu) Les couverts étaient posés en croix sans se croiser, leurs manches, vieux verdâtres, usés par les années, étaient rognés, car le plastique dont ils étaient fait avait fondu dans un lave vaisselles quelconque, qui appartenait désormais au passé. En regardant cette assiette, symbole de son éternel désintérêt pour les contingences matérielles, elle se dit qu’il lui faudrait faire la vaisselle.

               Sur la fenêtre qui se trouvait à sa droite, de fines gouttelettes restaient accrochées comme un milliers de larmes, rendue chacune plus brillante par le soleil descendant qui venait à présent les traverser. On pouvait aussi y voir les traces des jeux de sa fille, dessinant tout son monde imaginaire sur la buée qui s'était formée et qui avait maintenant disparu, ne laissant apparaitre de cette féérie que l'empreinte de ses doigts d'enfants.

8 Vos 5 mots d'amour préférés en verlan ?
am ceurdou, nom sortré, am pounpou, am mièrlu, nom rueoc.

               Décidément le verlan ne sied pas au langage de l'amour, m'en vais les remettre à l'endroit: Ma douceur (François m'appelait comme cela), mon trésor (celui que je donne aujourd'hui à ma fille), ma poupoune (le nom que me donnait un amour de jeunesse), ma lumière (François encore), mon cœur (celui que je donnais à François)

9 Y-a-t-il en ce moment quelque chose d'écrit sur un vêtement que vous portez ? Lequel ?
Non, je suis presque nue…

               Non, je suis ... Enfin bref, c'est le matin quoi...

10 Si l'on vous donne trois tomates, du sel, de la crème , du comté, du vin blanc de Savoie, des oignons et du jambon de Parme, quelle petit plat préparez-vous pour un repas impromptu ?
Des petites brochettes avec en alternance morceaux de tomate roulés dans du jambon de parme, et morceaux de conté. Accompagné d’une sauce où les oignons très émincés sont mélangés à la crème. Le sel à la portée de chacun. Accompagné du vin blanc de Savoie. (Je ne suis pas très cuisinière)

               Je les confie à quelqu'un d'autre 

11 Quels mots trouver pour faire l'éloge de la paresse ?
La paresse est une science qui n’est pas accessible à tous. Un bon paresseux fera un formidable chef d’équipe car il saura s’entourer de gens compétents et efficaces qui ne sont pas eux même paresseux et qui lui permettront d’en faire le moins possible. Le paresseux digne de ce nom, connaît les plaisirs secrets de la balancelle dans le jardin, et sait la nuance entre le tangage et le roulis quand il se fait bercer par un amoureux(se). Enfin, le paresseux, a une envie pressante toujours au moment de débarrasser la table et tombe alors par hasard sur un magazine passionnant qui ne lui fera quitter les toilettes , de longues minutes plus tard, il se fait conduire en voiture et s’endort toujours à l’approche de la maison, quand le coffre est plein de victuailles à débarrasser, il a des mal de dos opportun, et si c’est une fille sait jouer de sa fragilité quand c’est nécessaire. Il sait valoriser le travail des autres, afin de leur donner envie de continuer, car un paresseux sait qu’ils ne peuvent être plusieurs dans une même maison. La paresse est la meilleure façon de développer son intelligence et sa sensibilité.

               La paresse c'est l'acceptation d'un besoin essentiel à l'être humain, ne rien faire

12 Citez le dernier livre que vous avez lu et le dernier film que vous avez vu, en mêlant les mots de façon à produire deux titres originaux.
La vie au centre, (Livre) La guerre des étoiles (film) Au centre, la vies des étoiles. La guerre au centre de la vie.

               "la vie très privé de Mr Sim" et "l'odyssée de Pi", hum, ça pourrait faire " Pi et Mr Sim" ou ", "L'odyssée très privé"

13 La question 13 vous fait-elle peur ? Pourquoi ? Imaginez une question qui flanque la trouille.
Si l’on sait que le train de Pierre part à 14h et qu’il arrive à 17h, et que par ailleurs on sait que Paul part de Paris pour aller à Montpellier. Où va Pierre ? (Ça me rappelle trop de mauvais souvenirs).

               Non. Heu... Non.

14 De quelle couleur devrait être la prochaine déclaration d'impôt ?
Rouge.

               Transparente

15 Racontez-moi une loufoquerie que vous auriez aimé faire si vous aviez osé.
Je l’ai osé, mais je l’adore : Ma sœur a eu un problème avec un banquier borné il y a quelques années. Je suis allée avec elle le voir et comme il a été franchement désagréable, en partant j’ai mis malencontreusement un coup de sac a main dans son joli vase, l’eau s’est ainsi répandue sur son bureau, prenant alors mon air le plus catastrophé, je me suis fait un devoir de l’aider, j’ai alors consciencieusement répandu l’eau sur sa table et bien imbibé certains papiers, j’ai même trouvé le moyen d’arroser son ordinateur, tout cela avec la meilleur volonté du monde, jusqu'à ce qu’il me ramène à la porte de la banque ne pouvant s’en prendre à moi alors que je montrais tant de regret pour ma maladresse. Arrivées sur le trottoir, nous avons bien rit elle et moi, depuis je rêve qu’on me redonne l’occasion de ce genre de représailles… Je suis sûre que je pourrais faire encore mieux.

               Si je ne l'ai pas osée, je me suis empressée de l'oublier afin de ne pas regretter de n'avoir pas osé

16 Quelle musique entendez-vous en ce moment ? (ou aimeriez-vous entendre)

               Un saxophoniste qui joue un air de jazz connu dont j’ignore le titre, en bas de chez moi. Les plaisirs du vieux Nice.
Le vent dehors

17 Citez un homme dont le prénom est Alain et une femme dont le prénom est Danielle.
Alain, mon ex beau frère, Danielle, ma tante.

               Alain Chabat et Danielle (la mamie la plus célèbre du net)

18 Monsieur et madame "ça m'gratte quand je dors à cause des couvertures" ont une fille ? Quel est son prénom ?
Je la connais, je suis sûre que je la connais, la réponse hein pas la fille !

               Sandra ! (Toutes ces années pour retrouver le prénom en question ;-)  )

19 Trouvez-vous que ce questionnaire est trop long ? Quelle question avez-vous préféré ?
Oui, La description à la Flaubert.

               Non, la même

20 Fermez les yeux et tapez 10 lettres sur votre clavier. Qu'est-ce que ça donne ?
rjslvrispm ça donne du russe peut être…

              lcke^z;gud dialecte disparu

jeudi 16 juin 2011

Blogger Award

phot1100219.png

Chiboum, ma chère Chiboum, m'offre ça. Comme je suis comédienne et que j'ai toujours rêvé de recevoir un Molière, mais bon, c'est pas fait, alors je me contente de ce prix et je m'en vais faire LE discours de remerciement de mes rêves ... Nan, je déconne... Merci Chiboum (c'est la règle numéro un, pas le début de mon discours) ( on n'avait pas dit qu'il fallait arrêté les parenthèses ?)

Règle du jeu numéro deux, mettre l'image ci dessus, ça c'est fait.

règle numéro trois: Révéler 7 choses que vous ne savez pas de moi.

Alors là ... Je ne sais même pas ce que vous savez de moi, alors comment savoir ce que vous ne savez pas ? Bon ok, d'accord je me lance

1) Je me ronge les ongles
2) Je mens très mal et je suis incapable de dissimuler vraiment ce que je pense (un comble pour une comédienne, mais je vous dirais que être comédien c'est toujours être sincère), à tel point que j'ai renoncé et que je suis devenue par la force des choses une personne très franche.
3) Je suis une adepte de la parenthèse et des trois petits points (a non ça, ça compte pas, vous devez déjà le savoir si vous me lisez)
3bis) Je n'aime pas être prise en défaut, ce qui me coûte une énergie folle pour faire le plus mieux possible même quand ça mérite pas et j'ai beau savoir que c'est mission impossible, que nulle n'est parfait et que je suis en plus assez loin du compte, je m'obstine à essayer, ça me fatigue !
4) Je rêve parfois d'être comme disait Jacque Brel "beau, beau et con à la fois" surtout quand je suis fatiguée d'être moi, avec mes angoisses et mes questions.
5) J'aime avoir des copines, je m'entends bien avec les femmes. Je ne suis pas de celle qui disent " je m'entends mieux avec les hommes, les filles c'est ..." Moi j'aime bien nos échanges, nos partages, notre façon de refaire le monde, nos complicités, notre façon de se comprendre, de se faire écho.
6) J'aime bien avoir des copains, j'en ai peu mais ils me sont précieux.
7) Et enfin j'adore quand je sens mon cerveau fonctionner à plein en régime, en ébullition, quand les idées se forment comme la p'tite ampoule qui s'allume dans les BD.

Pour finir règle numéro quatre : désigner 7 autres personnes.

Bon alors là je colle Andrem d'office, je suis certaine que ça va l'embêter, je crois qu'il n'aime pas parler de lui, mais comme il m'aime bien, il va faire ça pour me faire plaisir, hein Andrem ? Tu veux bien ? (rire)

Ensuite Akynou, ça fait longtemps qu'elle n'a pas écrit sur son blog ça lui fera un nouveau billet ;-)

Fille silencieuse, pour que vous la découvriez

Pour les 4 autres, aux lecteurs blogger qui passent ici sans laisser de trace, ce sera l'occasion de découvrir leur univers.

jeudi 21 octobre 2010

Le tag à chiboum qu'est le tag à Gilsoub qu'est le tag à Timousse

Pour voir pourquoi ce tag là, il vient de loin, il vient du blues, cliquer ici.

1/ je m’appelle… Luce Colmant et ce n'est même pas un pseudo.

2/ J’aime… que le jour se lève sur un paysage de campagne en hiver, que la nuit tombe sur l'horizon d'un océan calme, que le printemps se prenne pour un parfum, que la vie me soulève, que l'amour m'emporte, que ma fille m'entoure de ces bras à presque m'étrangler, que les mots coulent de source, j'aime ... Faire des projets, faire l'amour, faire rire, faire pleurer aussi il faut bien l'avouer, faire la folle, faire et défaire et refaire. J'aime ... Apprendre ...

3/ j’apprends… de mes erreurs, de mon histoire. J'apprends ... à aimer, à résister, à lâcher prise, à accepter, à grandir parce que quand je serais grande ... ben je serais morte. J'apprends... que la vie est neutre, que les surprises sont toujours possibles, que parfois les amis s'en vont, que certains reviennent. J'apprends... A vivre chaque jour

4/ un jour… ou l'autre qui sait ...

5/ mais je n’ai pas pu… renoncer...

6/ je suis particulièrement douée pour… tout changer, réagir, rebondir, repartir. Douée ... pour accomplir, assouvir, écrire (ai je la prétention de le croire). Douer pour faire rire, l'homme que j'aime ... Douée pour materner ( et pas seulement ma fille)

7/ mais on me reproche souvent... d'être autoritaire, d'être trop exigente, mais je me reproche bien d'avantage ...

8/ je parle souvent … je parle souvent, je parle souvent, je parle tout le temps, je parle, je parle, je parle, souvent je parle, tant que je me fatigue moi même...

9/ mais je n’aborde jamais… un inconnu dans la rue.

10/ On peut me croiser… n'importe ou, je ne sais pas, je ne suis de nulle part, en tout cas je ne suis plus chez moi, je suis partie tant de fois...

11/ Mais on ne me verra jamais… manger du foie. D'ailleurs je n'ai jamais eu la foi, quand au il était une fois, je préfère l'avenir qui me le dira...

vendredi 8 octobre 2010

Dix j'aime

C'est une liste inspirée par une personne que j'aime justement;

1: J'aime ma merveille, mon il, ma belle fille...Bref ma famille
2: J'aime mon métier. Mes métiers devrais je dire, comédienne, enseignante, metteur en scène et auteur.
3: J'aime les surprises. Les faire et les recevoir. Pas tant les cadeaux (que j'aime bien aussi) mais les surprises. Les bonnes exclusivement, quoi que ...
4: J'aime les émotions fortes, celle qui font qu'on sait dans tout notre être qu'on est vivants.
5: J'aime certaines lumières, certains jours. A Nice, il y a souvent une lumière qui rend le paysage limpide, claire. Ou en Beauce, quand le ciel se charge de nuage et qu'on voit au loin percer le soleil, que les blés deviennent mer. Ou à paris quand le soir, le soleil se reflète dans les tour de verre, quand les pierres deviennent roses, quand la seine devient belle. Quand on peut voir le soleil se lever parce que le ciel n'est pas obscurcit de nuages.
6: j'aime La mer. la contempler, m'y baigner
7 : J'aime voir loin, que mon regard puisse se perdre sur l'horizon là bas tout au bout
8 : J'aime les gens le plus souvent, j'aime aimer les gens. Plus particulièrement quand je parviens à percer leur carapace et qu'ils m'offrent ainsi la beauté de leur humanité profonde.
9: J'aime la convivialité, boire un verre avec des copines et parler, parler, parler.
10: J'aime les vacances, j'aime partir en vacances, j'aime partir.

Dix j'aime et pas onze, c'est le jeu, alors voilà les dix j'aime qui me sont venus à l'esprit ce matin...

lundi 7 juin 2010

Rupture

4600462491_761564b8ac.jpg
Photo Bladsurb

Je suis assise dans ce bar Parisien, seule depuis une bonne heure. Mon verre est vide, les olives sont mangées. Je reste là, hébétée, sous le choc. Il y a une heure j'avais rendez vous avec mon homme, mon amant. il y a une heure, je faisais partie des filles heureuses en ménage, je faisais l'envie de mes copines célibataires, je marchais d'un pas léger, amoureux, dans cette sorte de sécurité qu'offre le sentiment d'être aimer. Il y a une heure, je sirotais un martini, croquais ces olives en ne me souciant pas de leur amertume.
Il y a une heure, mon amoureux, mon amant, s'est assis en face de moi. Il ne m'a pas embrassé. Mon cœur s'est noué instinctivement. Il n'a rien commandé, il a dit cette fameuse phrase détestable "faut qu'on parle". Mais il n'a pas parlé, comme s'il attendait de moi quelque chose. J'ai dit : "c'est grave ?" Il a sourit méchamment, il a haussé les épaules. "Tu te doute bien de quoi non ?" Non je ne me doutais pas, de rien. Non, je n'ai rien vu, rien senti, rien compris, rien anticipé. Devant mon air ignorant, il a eu un regard ulcéré, il a lâché ça avec un tel mépris. "je suis tombé amoureux", mais je n'ai pas compris ce que ça voulait dire, j'ai répondu "moi aussi je t'aime". Il a soupiré, il a dit "pas de toi, d'une autre femme".

Je n'ai rien dit, je n'ai rien trouvé à dire, c'était une telle explosion de douleur en moi. Je ne sais pas combien de temps il est resté là, silencieux. Je ne sais même pas quand il est parti. Je sais juste que ça fait une heure que je suis devant mon verre vide, mes noyaux d'olives et que Je regarde l'étrange géométrie des objets sur la table.

C'est le Dyptique 5.3. Jeux proposé par Akynou. Il s'agit d'écrire un texte à partir de la photo ci dessus

jeudi 27 mai 2010

Dyptique 5.4

1973 environ

Dans mon jardinvague, il n’y a rien de tout cela : la terre est basse et l’herbe pousse à une vitesse folle. Et puis, je vais vous dire un secret : je crois bien que je n’aime pas jardiner ! C’est fatigant et pas aussi drôle que dans mes souvenirs d’enfant.

Ce que j’aime surtout, c’est m’amuser dans mon jardin, me coucher dans l’herbe, regarder les coquelicots et les boutons d’or pousser dans les herbes hautes et m’imaginer des histoires le nez au ras des taupinières. Vues de là, Nini et Minette sont de gros félins et nous sommes des aventurières dans la jungle.

Au jardin, je ne suis plus du tout sûre d’être devenue une adulte.

Il s'agit d'illustrer ce texte de samantdi avec une photo. Sur celle ci je dois être dans ma troisième année, à peine plus jeune que ma fille actuellement. C'est Chiboum qui m'a donné l'envie de publier cette photo

dimanche 16 mai 2010

Deuxième session du cinquième dyptique

Il s'agit d'écrire un texte à partir de cette photo.
24377_387750665442_627320442_4499613_2138226_n_m.jpg photo Jonas Cuénin

Je me baladais sur l'avenue le cœur ouvert à l'inconnu quand je la vis. Nathalie, ou peut être Marie au regard suspendu. Elle avait l'air d'une femme qui attend le bon moment et l'heure pour offrir ses présents. Une femme d'aujourd'hui, d'ailleurs et d'ici, qui se dévoile et qui suit ses envies. J'imagine qu'au fond de son lit un macho s'endort, qui ne l'aimera pas plus loin que l'aurore, mais elle s'en fout. Enfin je la voyais sur la route venir et de la voir ainsi j'eus envie de chanter

Quelquefois si douces, quand la vie me touche comme nous tous alors si douces. Quelquefois si dures que chaque blessure longtemps me dure. Quelquefois si drôles sur un coin d'épaule oh oui si drôles regard qui frôle. Quelquefois si seules parfois elles le veulent oui mais si seules oui mais si seules.

Reconnaitrez vous les paroles des chansons qui forment ce texte ?

jeudi 6 mai 2010

Fuck the life

J'inaugure ce Carnet de brouillons avec la première session du diptyque 5 d'Akynou

Voici la photo à illustrer d'un texte
11118948N00.jpg
Photo de Hughes Léglise-Bataille, ici

Je bénis les vitres fumées de la voiture qui me cache à cette foule. Il sont venus voir les stigmates du scandale sur mon visage. Ils aiment ce qui puent, ils s'en délectent tel des chacals. Mais je ne leur ferais pas ce plaisir.
Je les regarde derrière les grilles. Qui est l'animal qu'on enferme ? Ils sont au zoo, venus en famille. Certains d'entre eux ont peut être apportés des cacahouètes à jeter au singe que je suis.

Avant, il n'y a pas si longtemps, ils étaient là, les mêmes, à hurler mon prénom, certaines jeunes filles en défaillaient, j'étais leur idole. Mais depuis le drame (comme ils disent), ils me honnissent. On dit que les stars sont des putes, mais c'est le public qui se prostitue.

Dire que dans quelques minutes, les grilles vont s'ouvrir et la voiture va devoir fendre cette foule. Si elle pouvaient en écraser quelques uns ! Je les hais, je les méprise. Dire que j'ai chanté pour ces ploucs ! Je m'en fou, qu'ils aillent au diable.

Je suis passé du rang d'idole à celui d'ennemi public numéro un. Mais je suis le même. Qu'est ce qu'ils croient ? Ils ont aimés pendant plusieurs années un dépravé, j'avais déjà le crime qui coulait de mes veines quand je leur chantais des bluettes. Les naïfs imbéciles qui s'imaginent qu'on est ce qu'on chante. C'est de leur faute s'ils sont choqués, s'ils sont déçus, ils n'avaient pas à être si cons.

Mais plus que le meurtre, ce qu'ils ne me pardonnent pas c'est mon absence de regret. J'ai tué un homme oui, je vais surement aller en taule pour le reste de ma vie. Mais je ne regrette pas. Ce qu'ils ignorent, c'est que je me suis libéré d'eux en même temps que du salaud qui a vécu sur mon dos toutes ces années. Je n'en pouvais plus de leur idolâtrie. S'il l'avait compris, lui, le mort, il m'aurait laissé partir, il m'aurait laissé mourir. Au lieu de ça, l'imbécile à voulu s'interposer entre moi et l'arme. Il a voulu sauvé la poule aux œufs d'or. Le coup est parti et c'est lui qui est mort. Je m'en fou, moi je suis mort depuis longtemps de toute façon.

Je n'ai pas peur de ce qui va advenir. Aller tiens, finalement je baisse la vitre fumée pour une dernière photo, régalez vous, charognard ! Fuck the life