Carnets de brouillons

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Sans queue ni tête apparemment › conte pour enfants ou conte d'enfant

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 22 octobre 2011

La petite princesse bavarde

Il était une fois une petite princesse, fort jolie, qui avait la particularité d'être extrêmement bavarde.

Elle aimait parler, Elle aimait entendre le son de sa propre voix.

Aussi, allait-elle voir sa mère pour lui parler. Elle lui disait " maman, est ce que quand tu étais petite tu avais une maison et est ce que tu avais des jouets, et est ce que tu avais un papa et une maman et est ce que... blablablablablablablablabla"

C'était un flot infini de question, de pourquoi et de "etbentusaismoi" et de"tusaisenfait" etc...

Si bien que sa maman n'en pouvait plus de l'entendre et finissait par lui répondre " Ma petite chérie, je t'aime, je t'adore, mais TAIS TOI, TU ME SAOULES!!"

Alors la petite princesse ne se laissait pas abattre et courait voir son papa et elle lui racontait "blablablablablablabla..."

Et ça ne manquait pas, son papa finissait par lui dire " ma petite chérie, je t'aime, je t'adore MAIS TAIS TOI TU ME SAOULES !!! ".

Alors la petite princesse, allait voir sa grande sœur et lui disait: "blablablablablablablabla"

Et sa grande sœur, elle aussi, finissait par lui dire : "ma petite sœur adoré TAIS TOI TU ME SAOULES !!!!"

Alors la petite princesse partait, les épaules basses, portant la misère du monde sur ces petites épaules, le regard triste, elle allait dans sa chambre retrouver ses jouets et elle leur disait :

"bablablablablablablablalabablablablablablablablalabablablablablablablablalabablablablablablablablalabablablablablablablablalabablablablablablablablalabablablablablablablablalabablablablablablablablala..."

Et ses jouets ne lui disaient jamais : "Tais toi tu me saoules".

La petite princesse grandit et devint une grande princesse. Il se trouva que son bavardage devint son métier et qu'on lui disait "parle nous encore". Quel était ce métier ? Je vous laisse le soin de deviner...

jeudi 5 mai 2011

Hommage à l'imagination de la merveille

Quand la merveille joue avec ses petits personnages, elle s'invente des dialogues. Ce matin ça donnait ça:

- Oh, la maitresse elle est morte
- il faut appeler le docteur
- mais non pas le docteur, il lui faut un prince; Pour qui lui fasse un bisou sur la bouche, comme ça, elle sera plus morte
- voyons, qu'est ce que je pourrais trouver comme prince...
- ah oui, je sais, jeune homme

(c'est un de ses personnages qu'elle appelle toujours comme ça)

- ah ouais tu vas voir ...

(elle leur fais faire le bisou)

et hop, et voilà, elle plus morte !