Les fruits de la conscience

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 25 septembre 2018

Stage : Les Fruits de la conscience, travail intérieur par le théâtre

Semer une graine de conscience de soi c’est voir germer un brin de confiance en soi.

Les 24 et 25 novembre 2018 à Tours.
Maximum 8 personnes, minimum 4 personnes

Rendez-vous en terre inconnue ; vous même.

Le théâtre est un voyage possible au cœur de votre mystère. Il peut vous permettre de vous comprendre, de vous surprendre, de vous dépasser, de vous réconcilier avec vous même.

Jouer avec le corps, la voix, les autres, se projeter dans un personnage, c’est découvrir des parts de soi insoupçonnées, porter attention à ses sensations, explorer ses émotions, les accueillir, les traverser, les digérer, les sublimer.

Comme tout voyage, revenir changé car davantage soi même.

Ce stage s’adresse à toute personne qui désire travailler sur le "je" par le jeu, la voix, le corps, les sens, les émotions, éveiller l’inconnu en elle, lieu de toutes les potentialités, dans un espace temps contenant. 


Avant la ressource il y a la source

Le déroulé du stage :
10h sur 2 jours (samedi-dimanche) :
10h - 13h, pause méridienne, 14h - 16h


Jour 1
Matin : 
Accueil, rencontre, présentations, temps de paroles partagées et d’écoute.
 Approche de la respiration de pleine présence. Partage.
Mise en action du corps, danse libre, expression corporelle.

Après midi : Jeux de réactivation du corps et de recentrage
Jeux d’improvisations à partir de situations concrètes amenées par les stagiaires.
Temps de paroles partagées, retour sur l’expérience.

Jour 2
Matin : Accueil, centration, temps de paroles partagées et d’écoute, possible retour sur les impressions qui restent de la veille.
Jeu théâtraux divers. Exister, s’exprimer, s’affirmer, s’assumer. Accueil et traversée des émotions.

Après midi : Jeux de réactivation du corps et recentrage
Jeux d’improvisations en fonction des besoins exprimés le matin.
Temps de paroles partagées et d’écoutes, retour sur expérience.
Temps pour se dire au revoir.


Tarif : 200 euros 


dimanche 23 septembre 2018

Le coaching c'est quoi ?

V2-Classeur_P15_-INITIATION_au_coaching_-_OCTOBRE_2017.jpg
Image venant de ma formation à Espace Transition

Le coaching, qu'est ce que c'est ? Ce mot, à la mode, renferme déjà tout un tas d'idées préconçues et encore plus d'inconnues. C'est qu'il y a autant de définitions du coaching que de coachs. De fait, j’évite autant que possible d’employer ce mot. Je lui préfère "accompagnement".

Sur ma carte de visite, on peut lire : "Artiste-accompagnante". Mes 20 ans d'expérience théâtrale enrichissent ma pratique.

L’accompagnement, qu’est ce que c’est ?
C'est d'abord la relation Accompagnant/accompagné qui travaille. Elle permet à ce dernier de faire le chemin vers la découverte de ses freins, de ses potentiels, de prendre conscience de ses ressources, de ses solutions afin qu'il puisse réaliser un saut "qualitatif" dans sa vie.

Accompagner, c'est être dans l'accueil inconditionnel. Il me semble que c'est le plus important. Accepter que c'est la personne qui sait. Accepter que l'on a des préjugés, les reconnaitre comme tel, s'en détacher pour entendre et accueillir la parole de l'autre.
Ce que l'on croit savoir, croit sentir, croit deviner, etc, a besoin d'être vérifié et ne peut être asséner comme vérité. La justesse ne peut être que dans la résonance et l'harmonie de la relation.
Accompagner, c'est aussi être dans une pleine présence. Cela signifie être en mesure de porter une triple attention, à l'autre, à soi, à la relation.
Cela demande aussi une acuité des sens, de l'intuition, de l'analyse, et particulièrement une pertinence des questionnements. Par ce qu'elle ouvre de nouveauté, la question est accompagnante.
Enfin, avoir une bonne connaissance des outils que l'on choisi d'utiliser, ils sont nombreux, savoir se les approprier, être créatif.

Pour ma part, je suis souvent guidée par cette phrase : " Parler et agir en mon âme et conscience". Cela veut dire que j'ai pris le temps d'interroger mes intuitions, d’élucider qui parle en moi avant de parler à l'autre.

Quand je parle de cette nouvelle facette de mon métier, j’entends souvent : " oui, c'est une sorte de psy". Pour beaucoup, travail sur soi est égal à travail psychothérapeutique. Or, la méthode est différente.

 Dans l'accompagnement, on travaille vers un objectif défini par l'accompagné. Il vient avec une demande que nous l'aidons à clarifier.

Ensuite, le nombre de séances et leurs durées sont déterminés au début du contrat que nous signons. Ce dernier est une obligation de moyen, pas de résultat. Le résultat est toujours entre les mains de l'accompagné.
La prise de conscience des freins et des ressources de la personne sont au cœur de cet accompagnement, pas leur cause.
Enfin, le coaching, c'est aussi permettre une mise en action.
Pour ma part, je pense que ces deux approches sont très complémentaires.

La frontière entre le thérapeute et l'accompagnant peut sembler parfois floue, en tout cas mouvante. L'accompagnant n'est pas un thérapeute, mais la qualité de la relation peut-être thérapeutique.

Je suis donc aujourd'hui Artiste-Accompagnante. Je reçois des personnes en individuel pour les accompagner sur des objectifs très variés.
- Cela peut concerner leur travail actuel, (une gestion de conflit, une difficulté à trouver/prendre sa place) comme un accompagnement dans la réalisation d'un projet.
Cela peut aussi être dans un champs plus personnel, digérer un évènement, être accompagné dans un changement de vie subit ou désiré (un deuil, un divorce, une perte d'emploi, ou encore un déménagement, un départ à la retraite, ).
- Dans un cadre familial (travailler les relations inter-familial) - J’accompagne également des personnes sur des thématiques comme la gestion du stress, la prise de parole en publique, l'affirmation de soi, l'estime de soi.

Ce qui fait ma spécificité, ce n'est pas tant l'objectif que je vais accompagner que ma façon d'aborder cet accompagnement.
Je mets au service de ce processus ce que j'ai appris de mes expériences théâtrales.
Se connaître, se surprendre, s'assumer, s'exprimer, s'affirmer, tout cela, l'outil théâtre peut y contribuer. La première conséquence c'est le gain de confiance en soi.
Jouer avec l'autre qui est en soi, s'est ouvrir sa créativité, c'est découvrir l’inconnu intérieur, l'accueillir, l'accepter, l'assumer et devenir pleinement soi.

Au delà de mon parcours théâtrale, il y a aussi celle que je suis, mon histoire et le travail que j'ai fait sur moi. Tout cela aujourd'hui, peut être mis au service de l'accompagnement. C'est parce que j'ai traversé certaines tempêtes que je sais qu'elles sont traversables, que je suis en mesure de les accueillir sereinement chez l'autre.
Dans notre jargon, on appelle cela la "contenance". Une émotion, pour être traversée, doit être autorisée à s'exprimer, être accueillie, et contenue par celui qui la reçoit pour que celui qui l'éprouve puisse à son tour s'autoriser à la ressentir, à l'exprimer, à l'accueillir et la digérer. La "contenance" c'est l'espace de sécurité. L’émotion est aussi une sensation physique. Le travail sur le corps et la respiration sont essentiels.
C'est pour toutes ces raisons que le jeu de rôle, l'expression corporelle, le travail émotionnel et sensoriel, la respiration consciente sont mes outils de prédilections.

J'organise également des stages pour des approches collectives de travail intérieur. Le prochain aura lieu les 24 et 25 novembre. Vous trouverez les détails à ce sujet dans ce billet.

mercredi 13 septembre 2017

Résumé et construction du récit "Elle ma compagne"

Résumé

Lucie, une femme, trente ans environ
Francis, un homme, cinquante ans environ
Ils se rencontrent, se découvrent, tombent amoureux
Ils ont une petite fille
La vie…
Quand surgit la tragédie
La maladie : cancer du poumon
Il va mourir
Elle l’accompagne, c’est sa compagne
Ce pourrait être « Orphée et Eurydice »
Mais c’est « Lucie et Francis »
« Elle et lui »
N’importe lesquels d’entre nous
Ce ne sont pas des héros
Ce n’est que la vie et l’un de ses accidents
Mais Ils ont en eux l’Amour
Cette humaine capacité à la sublimation

La construction du récit

Le récit se fait en trois actes. Un acte pour l’amour, un pour la maladie, un pour le deuil. Chacun de ces actes a son propre rythme d’écriture.



L’acte 1 : C’est l’acte fondateur de ce couple, leur rencontre. Comment s’éprennent t-ils l’un de l’autre ? Leurs premiers émois, leurs premiers doutes, leurs premiers accords. Tout ce qui va constituer la musique de leur amour.

Francis : Je parle de toi.

Lucie : Je parle de toi, tout le temps, oui, je fais ça, c'est plus fort que moi. Je t'embrasse.... plein... Beaucoup... Partout... Serre-moi dans tes bras.

Francis : Je te caresse partout dans mes pensées.

Lucie : Hum encore, tes mains, ta bouche, et cette façon que tu as de me regarder, j'ai tout emmené !
Francis ?
Je t'ai dit que j'aimais ton prénom?
J'aime ton prénom... Il est doux, il te va bien...
Je te fais plein de bisous dans le cou, sur ta bouche, je m'emmêle à toi, je te happe, je…

Francis : Je fonds, je me liquéfie, je te saute dessus sauvagement ! Tu me dé-chaînes ! J'ai hâte de toi.

Lucie : Je te dé-chaîne et je te lis, je te dé-lie et je te mets au lit et plus vite que ça !
Francis ?
Mes premières, mes dernières, mes permanentes pensées sont pour toi.
Francis ?
Je te regarde et je te trouve beau.

Francis : L'amour est aveugle ?

Lucie : L'amour éclaire au contraire, je te vois mieux que quiconque, et tu es beau...

Francis : Je t'aime

Lucie : Je t'aime... Infiniment.

Francis : Je t’encage de mes bras.

Lucie : Pourvu que la cage reste ouverte, tu me verras toujours y revenir.

Francis : J’ai un vieux refrain qui me revient en pensant à toi, je n’ai changé que le prénom.

« Lucie, ma belle, ma douce, ma jolie!
Je chante pour elle et pour elle je vis!
Elle est tendre et sauvage, elle est comme un torrent
Qui me berce au rivage, qui m'entraîne en riant.
Elle est douce, elle est tendre, et moi, je l'aimerai
Cent mille ans et trois jours, jusqu'à la Saint Jamais!
Et tant pis si demain je meurs au point du jour:
J'aurai vécu près d'elle plus de mille ans d’amour! »

Lucie : Mon réel
Je voulais te dire merci.
Mon réel,
Mot étrangement tendre, vrai, palpable, touchable, atteignable, étreignable.
Tu m'offres ce que d'autres promettent.
Mon réel,
Je n'ai pas de mot plus doux, plus fort, plus amoureux que celui-là.
Mon réel,
Tu ne sais pas encore, d'où je viens, d'où je reviens.
Je regardais de ce côté, de ton côté depuis longtemps mais je ne te voyais pas.
J'ai cru que tu ne viendrais jamais, je me trompais, nous étions là déjà depuis longtemps.
J'étais impatiente et tenace, j'ai mis du temps à renoncer, je croyais en mourir.
Je suis morte finalement, d'épuisement.
J'ai fait le deuil de l'image de toi, j'ai tué le fantasme de toi, j'ai renoncé au rêve de toi.
C'est alors que j'ai pu te voir,
Mon réel,
Te voir toi, mon imparfait aux rêves de perfection.
C'est alors que j'ai pu t'aimer toi,
Mon réel...
Oui, pas de mot plus amoureux que celui-là...

Francis : Ton réel ! Tu exagères... Et après tu t'étonnes que je te traite de sorcière…



L’acte 2 : C’est la maladie. Il a un cancer du poumon. Il raconte, de façon concrète, avec détail, ce qu’il traverse. Il est le conteur et le compteur du temps qu’il leur reste. Elle est la conteuse et la compteuse d’émotions. D’une manière qui leur est propre, ils forment ensemble le récit de la lutte, de la traversée d’un océan de souffrance et d’amour.

Francis :
01/07/11
Je sors de chez le spécialiste.
Diagnostic : j'ai un cancer du poumon.
La tumeur fait environ 7 cm de diamètre.
Elle est située en haut du poumon droit.

Mon IRM du cerveau a révélé deux petites boules suspectes.
Dans ce cas-là, on oublie la chirurgie, on commence par la chimiothérapie.
Ensuite, on fait une combinaison radio-chirurgie/chimiothérapie.
La première séance de chimiothérapie devrait avoir lieu vers le 20 juillet.
Après c'est toutes les trois semaines. Une séance c'est deux nuits à l'hôpital.
Il semble qu'il n'y ait pas d'effet indésirable majeur sauf parfois des nausées. Mais ils prescrivent un anti nauséeux efficace.
J'ai aussi des vitamines à prendre, une en comprimé, une par piqure...
Bon, là, la grande aventure commence !

Lucie :
Je voudrais mettre des mots là, sur ce que je traverse.
Maintenant.
Des mots pour libérer l'émotion
Dénouer les nœuds
Des mots écrits
Et cri
Des mots pour remplir le blanc silence.
Mais bouche cousue
Regard perdu vers la fenêtre
Ma fille dort à côté
Mon Il est au travail
Je me sens ... assommée
Mon Il a un cancer
Mon Il en parle
Pas un secret
Mon Il a un cancer donc
Bouh, le vilain mot, tabou
Je veux être très forte à ses côtés
Je ne veux pas me laisser prendre par la peur
Je ne veux pas lui faire subir ma peur
Mais j'ai peur

Je veux me marier avec lui
Il dit : « Tu as besoin de sécurité »
Possible
Je veux lui dire : « Je suis là, pour le meilleur et pour le pire"
Lui dire devant témoin



Francis : " La fin de la phrase c'est jusqu'à ce que la mort nous sépare"

Lucie : Oui
Mon Il veut m'épouser que s'il est mourant
Il veut me mettre à l'abri
Je ne veux pas épouser un mourant, c'est glauque
Maintenant
Connaître la date de la première chimio
Passer à l'action
Organiser
Planifier
Agir
Et ne pas penser
Laisser la vie, la joie, prendre leur place à l'intérieur de cette histoire-là

Francis : Voilà, rendez-vous est pris pour la chimio : le jeudi 21 juillet à 14h.
La seule question vraiment importante, maintenant, c'est "Est-ce qu'il y aura le wifi dans ma chambre ?

Lucie : Espèce de geek, mon amour ... Tu as réussi à me faire rire…

(Danse)

L’acte 3 : C’est le deuil. C’est comme un long poème épique, un élan permanent. Elle sombre et se relève sans cesse, la vie et l’amour en elle s’habillent de « à jamais », de « pour toujours ». Elle est dans son éternité…

Mon amour
Je veux rire
Être légère et court vêtue
Je m'imagine ainsi
Je t'imagine aussi
A mes côtés
Amusé de mes tours
Mon Amour
Dans mon imagination tu me souris toujours
Même quand je suis triste
Tu es mon compagnon, toujours
Celui qui m'aime et me laisse vivre ma vie
Toujours.
Mon amour
J’écris notre histoire
Vivante
Je suis partie seule sur une île
Mon Il
Quand je n'écris pas
Je vais regarder l'océan
Je te jure que je ris
Mes larmes c’est le vent
Ma liberté, la vie

J’ouvre les yeux
Jamais, je n’ai été seule
Tous ces autres à qui tenir la main
Je n’étais pas seule à faire le chemin
Ton absence
Me rendait aveugle à leur présence
Mais sans ces mains tendues
Tenues
Je me serais noyée ?
J’ouvre les yeux

mardi 12 septembre 2017

La rentrée.

Il serait temps peut être de mettre à jour ce blog. Alors des nouvelles de la rentrée:

Je continue d'animer les ateliers d'option Théâtre au lycée de Marmoutier pour la compagnie l'Arc électrique. Je vais retrouver des élèves de seconde et première. J'aime beaucoup animer ces ateliers, j'entame déjà ma cinquième année. ça passe vite. Pas encore décidé des thèmes abordés, j'attends de rencontrer les élèves.

Je vais, pour la deuxième fois, intervenir à l'association Résoudre de Joué les tours. Ida Tesla de la compagnie Pih Poh m'a demandée de la remplacer sur la session du premier trimestre. J'interviens auprès d'étrangers désirant passer un diplôme qui valide leur connaissance de la langue française. J'avais beaucoup aimé l'expérience il y a deux ans. Beaucoup de belles rencontres, des histoires fortes.

Nouveauté cette année, L'IUT de journalisme de Tours m'a demandé deux interventions auprès d'un groupe d'étudiants qui s'intéresse plus particulièrement à la radio. J'ai hâte de commencer.

Voilà pour le premier trimestre pédagogique.

Côté création, je suis en attente de plusieurs réponses pour d'éventuelles collaboration sur mon projet "Elle ma compagne". Mais ce projet ça vaudrait un billet à part entière. Tiens d'ailleurs, je devrais peut être faire ça cette semaine.

Bonne nouvelle, nous avons une résidence de création au mois de mai dans la salle Thélème de la fac de Tours.

Enfin, je commence au mois d'octobre une formation "coach professionnel". Mais qu'est ce donc me direz-vous ? ça aussi, ça vaudra un billet en soi. Et même surement une catégorie de plusieurs billets tout au long de ma formation.

C'est une belle rentrée.

- page 1 de 19