Luce Colmant

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 10 mai 2010

Bilan de stage

Jeudi et vendredi dernier j'ai participé à un stage au C.D.N de Sartrouville clown/danse. Co-animé par Catherine Germain et Thierry Niang.

catherine_germain_11.jpgCatherine Germain tout en austérité comme elle le dit elle même nous invite à nous confronter au vide et à la question. Chercher le monstre en nous. C'est un travail invisible à l'œil nu, tout est en dedans. Unique après midi passée avec elle, tout autant fascinante que frustrante. Rentrée chez moi avec une étrange sensation de faim. Oui de faim pas de fin.

thierry.jpgThierry Niang nous propose une séance extrêmement ludique. Les corps s'expriment, le mentale disparait. Lâché prise, abandon, confiance, prise de risque, plaisir, sont les mots qui me viennent pour en parler.

un-amour_modif_.jpgIl y avait aussi une représentation de leur spectacle "Un Amour" auquel malheureusement je n'ai pu assister ayant des cours de théâtre à assurer ces soirs là.

Au final, une rencontre entre un danseur et un clown, deux univers connectés comme un être forme un tout. Au final de belles rencontres d'humanité avec les autres stagiaires, avec Catherine et Thierry. Merci à eux, c'était vraiment bien.

jeudi 13 avril 2006

Diplome d'état d'enseignement du théâtre

J'ai passé ce diplôme, créé cette année, et l'ai obtenu en mars dernier. Je suis donc désormais diplômée d'état. Ce diplôme sera très prochainement nécessaire pour travailler en tant qu'enseignant d'art dramatique dans tous les services publics type conservatoire, école nationale, mais aussi auprès du jeune public dans le cadre d'atelier scolaire.

Je ne sais pas quelles répercutions il aura dans le cadre de l'enseignement privé. Il est aujourd'hui assez contesté par la profession qui craint le formatage à la place de la formation.
Pour ma part, d'expérience je ne peux nier que, le marché de la formation théâtrale étant juteux, il attire autant de personnes compétentes que d'escrocs. La difficulté est d'établir un diplôme qui validerait bien une compétence mais selon quels critères ? Il me semble donc important de suivre de près l'évolution de ce diplôme.

Jusqu'alors je n'avais aucun diplôme validant ma propre formation (que j'ai suivis au cours Simon). J'ai dû passer une épreuve écrite et orale de culture générale théâtrale. Puis ayant obtenu la moyenne des deux notes, j'ai dû passer l'épreuve pédagogique. Mes années d'expériences m'ont à coup sûr bien préparé à cet examen, qui de fait a pour moi la couleur d'une validation des acquis. Je ne sais ce qu'il en sera pour les jeunes comédiens sortant tout juste de leur propre formation. Une nouvelle formation leur sera probablement proposé pour les préparer à ce diplôme. Le danger serait de se retrouver avec des enseignants ignorants du "terrain". En effet, le théâtre se vit d'abord avant de se transmettre, il n'est pas un savoir arrêté, il n'est pas un savoir du tout. Le théâtre c'est faire l'expérience du vivant. Enseigner le théâtre ce n'est rien d'autre que d'être un guide possible sur cette voie...

A surveiller donc dans les années qui viennent, peut être prendra-t-il une place importante dans la sélection des enseignants, peut être pas... J'espère en tout cas qu'il sera le plus juste possible.

mardi 1 novembre 1994

Cours rené Simon.

1991: Je rentre au cours Simon à Paris, j'y serais jusqu'en 1994.

cher menteur

Cliquez sur la photo pour voir l'album.