le Temps et la Chambre Botho Strauss


Cliquez sur la photo pour voir l'album. Photo Akynou.

Pour ceux qui n'auraient pas eu l'occasion de le lire :

Olaf et Julius cohabitent, co-existent... Ils sont sortis du monde et le regarde du haut de leur fenêtre avec ce mélange d'ironie et de tendresse. Surgit une jeune femme, Marie Steuber, avec elle, la vie, ses passions, ses douleurs, ses souvenirs, ses rencontres improbables, et celles qui sont inévitables. Le temps d'une vie ou celui d'un instant, la chambre intime et universelle, au coeur la colonne, l'axe du monde...

Création 2004. Compagnie Vis Fabula en co-production avec le T.N.N.

Cette réalisation est sans doute la plus forte et la plus enrichissante de toutes mes expériences de metteur en scène. J'ai rencontré ce texte comme on prend une claque et je sais qu'il me faudra y revenir. Un puit sans fond d'émotions, d'intelligence, de finesse. Une vue de l'humanité tendre et sans complaisance.

Ce que j'ai raconté, c’est avant tout la rencontre si complexe des deux mondes : le masculin et le féminin. Cette rencontre absolument intime, dans la chambre…

Ces deux hommes qui n'en sont peut être qu'un, qui font ce choix de s'exclure du monde des émotions pour se protéger, et qui finissent, à force d'abstraction par douter de leur propre existence. Marie, épuisée, au bord du gouffre de la folie à force de vivre, d'aimer, d'avoir faim et de n'être jamais rassasiée d'amour, qui aimerait pouvoir renoncer aussi, mais qui ne peut résister à la vie. Il y a ces hommes qu'elle a aimé, raté, pas compris, il y a ces femmes qu'elle a connu, des parts d'elle même disloquée, des morceaux de féminité exacerbée et toujours cette opposition/attraction entre ce qu'on pourrait appeler la paix et la vie. le monde masculin et le monde féminin. " Le Temps et la Chambre " c'est cette quête dont personne ne trouve le graal...

Cette création m'a confrontée directement à mes propres limites. J'ai commis quelques erreurs sur la scénographie notemment, sur les costumes, j'ai eu des moyens supplémentaires et en même temps pas tout à fait suffisant pour faire les choix que je souhaitais réellement faire. L'interprétation des comédiens et comédiennes a été remarquée et appréciée à sa juste valeur, me semble t'il, la musique composée par Wilfrid Houssin l'a été également. Mais je garde ce sentiment de n'avoir pas pu aboutir ce travail d'ou mon envie certainement d'y revenir plus tard.

Cette création a marqué également la fin d'un pacours, l'envie de travailler avec d'autres personnes, ailleurs, l'envie d'un renouvellement, de nouvelle recherche artistique.

Commentaires

1. Le dimanche 17 septembre 2006, 14:30 par esther

Bonjour, je faisait des recherches sur cette pièce justement quand je suis tombé sur votre blog. Juste pour vous dire que nous allons jouer cette pièce nous les petit théatreux du conservatoire perdu de narbonne et que...voilà^^ bref rien d'autre , un peu bete comme commentaire aller aurevoir

2. Le lundi 18 septembre 2006, 12:40 par luce

Esther : Narbonne c'est un peu loin pour moi, bonne chance à vous, c'est un texte magnifique !

3. Le mardi 14 novembre 2006, 19:06 par clémence

je suis en train de travailler la scène entre marie et rudolf sur médée et je me pose quelques questions sur les enjeux de cette scène : qui est vraiment rudolf pour marie? est-ce lui qui est le plus fou des deux? bref, une discussion me semblerait intéressante, si vous pouviez avoir le temps de m'envoyer un mail et de me donner votre version de la scène merci

4. Le mercredi 15 novembre 2006, 09:37 par luce Colmant

clémence : Volontier mais je n'ai pas votre mail.

5. Le mardi 17 avril 2007, 14:15 par galathée

Bonjour! Je prépare actuellement le deuxième tour d'entrée au conservatoire national de théâtre de paris, et je vais présenter la scène de marie steuber et olaf. Je voulais vous dire que cette scène est magnifique, c'est un bonheur de travailler dessus! encore merci de nous donner ce bonheur, bonne chance à) vous pour la suite!

6. Le vendredi 23 novembre 2007, 00:25 par cécile

Bonsoir, moi aussi je travaille sur la scène de Médée et j'aurai aimer savoir comment vous vous l'avez travaillée. Quels exercices, quels rapports de jeu, quelle intention? je vous laisse mon mail pour me recontacter merci.

7. Le samedi 14 février 2009, 17:58 par perrine

Bonjour,

Je travaille en ce moment sur la scène de Marie Steuber et la colonne, étant marionnettiste, c'est un beau cadeau. Pourriez-vous m'expliquer, si vous le savez, ce que signifie ou d'où est tirée la première phrase de la colonne: "D'année en année, d'autant plus loin au fond et plus au fond. D'autant croissent les bienheureux." Merci par avance.

8. Le jeudi 15 novembre 2012, 21:00 par Pauline H

Bonjour,
je suis étudiante en expression vocale et je recherche desespérement le texte intégral du temps et la chambre de Botho strauss.
Je cherche plus précisément le monologue de la fille de la rue..
help!