Luce Colmant

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - enseignement

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 27 septembre 2010

En réponse à une question d'élève

Une de mes élèves, avec une naïveté feinte, me demande " il y a une recette pour le lâché prise ?" Non, bien sur. Elle le sait; nous le savons tous, mais que nous aimerions parfois trouver des astuces, des trucs, des recettes, qui nous facilite l'accès à cet eldorado. Seulement voilà, lâcher prise (je ne parle que du contexte de comédienne) c'est abandonner toute volonté. On ne peut pas décider de lâcher prise, et même désirer lâcher prise nous en éloigne surement. Dire à un acteur "lâche prise" c'est comme de dire à une femme qui désire un enfant et qui n''y parviens pas " c'est parce que t'y pense trop, n'y pense plus". Quand bien même c'est vrai, on ne peut pas décider de faire le deuil d'un tel désir, ça se fait parce qu'on a vécu notre dose de doutes, de souffrances. Avant cela, renoncer, ne plus y penser est impossible. Lâcher prise sur scène c'est pareil, il faut avoir vécu, usé son désir, élimer ses frustrations.

C'est une histoire de temps, de temps qui passe donc, qui fait son œuvre, sans nous, sans notre conscience. Le lâché prise est un chemin et non le terminus. Pendant le voyage il y a les désirs d'abords, reconnaissance, amour, valorisation, se sentir vivant et les angoisses qui les accompagnent, les doutes, à la station suivante il y a la peur d'échouer, les luttes incessantes contre soi, les portes qui s'entre-ouvrent pour se refermer aussitôt, on aperçoit la lumière tout en nageant dans l'obscurité, ensuite vient le temps des deuils, des renoncements, des abandons, un début de calme qui s'installe, c'est là souvent qu'on se demande si on a fait le bon choix, si ça vaut la peine de continuer. Si on continue, c'est dans un état d'évidence. On est à la croisée des chemins. Parfois l'état de grâce nous surprend, on attend plus grand chose, juste on se laisse porter et la magie s'opère, alors inévitablement on re-chûte, on veut à nouveau revivre ça mais dès qu'on veut on est cuit. On reste longtemps et même peut être jusqu'à la fin dans cet intermédiaire entre je lâche, je veux. C'est notre humanité. On ne peut brûler aucune étape, c'est le chemin d'une vie.

Il ne nous reste qu'à nous concentrer sur autre chose. la technique, la respiration, la voix etc... On est souvent paresseux avec la technique quand on est comédien, on a tendance à croire que l'émotion fait tout. Mais c'est intéressant de découvrir que cette technique est au service de l'émotion, que la travailler, se concentrer sur son outil, c'est sans doute le plus sur chemin vers ce fameux lâché prise. D'ailleurs sur scène, le lâché prise sans la technique rend l'émotion illisible pour le spectateur or il ne faudrait tout de même pas oublier que c'est pour eux aussi qu'on se donne tout ce mal.

jeudi 23 septembre 2010

Stage de théâtre à Nice

Je propose un stage théâtre les samedi 19 février 2011 de 09h00 à 18h00 - dimanche 20 février 2011, 9h00 à 18h00

Lieu: Théâtre de la semeuse à Nice Rue du Château Nice, France

Public: Adultes Amateurs ayant déjà un peu d’expérience ou professionnels

Thème : Le défi Vous rêvez depuis toujours de jouer une scène, un rôle. Vous avez envie de travailler sur un style particulier, parce que vous n’avez encore jamais eu l’occasion de vous y confronter. Vous pensez que ce rôle là vous est inaccessible. Bref, un défi vous tente, saisissez l’occasion. A vous donc de choisir votre scène, monologue ou duo. (choix à me communiquer avant le début du stage. Après pré- inscription, possibilité de communiquer par mail si vous souhaitez être accompagné dans votre choix)

Tarif et conditions : 125 euro pour le week-end. Minimum élèves requis 7, maximum 10. Pour plus de précisions sur le stage et sur le mode de paiement, envoyer un mail à cette adresse : lucecolmant@gmail.com

dimanche 30 mai 2010

Travaux d'élèves Andromaque

Andromaque

photo pierre olivier mazoyer cliquez sur celle ci pour en voir plus

J'ai vécu cette année une de mes plus belles histoires d'enseignantes en travaillant sur Andromaque avec mes élèves adultes de l'atelier media spectacle. Nous avons fait un travail de choeur et de cœur. Rarement j'ai eu un groupe aussi motivé, investi, présent, généreux, solidaire. Ils sont 14 sur scène. 2 Pyrrhus, 2 oreste, 4 andromaque et 6 hermione. Les personnages des confidents sont interprétés collectivement.

Ils ont l'opportunité de jouer une troisième représentation ce mercredi 2 juin à 21h au théâtre de Ménilmontant, 15 rue du retrait. Les entrées sont libres. Avis à tous les amateurs.

Vous pouvez aussi voir un petit montage vidéo de nos séances de travail

mercredi 18 novembre 2009

Projets ambitieux pour élèves passionnés

J'ai attaqué ma deuxième année d'enseignement pour Les ateliers média spectacles. Cette année, je suis en charge de deux cours de trois heures pour des amateurs adultes. Le projet pédagogique pour ces cours est de travailler sur une œuvre complète pour donner l'opportunité à chacun de traverser un personnage sur la durée. Même si ce cours est ouvert aux débutants, j'ai plutôt un public déjà aguerrie.

J'ai donc proposé deux projets: "Andromaque" de Racine et "J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean Luc Lagarce.

Les élèves se montrent, pour l'instant, enthousiastes. Depuis la semaine dernière nous avons véritablement plongé dans ce travail. Des portes se sont ouvertes et ce qui pouvait leur sembler lointain , voir inaccessible, est devenu possible. Ce travail qui rend concret, vivant, des textes très littéraires, c'est véritablement mon ambition pour eux. Dépasser les apriori, les complexes parfois, et leur montrer par l'expérience, qu'un texte de théâtre, quel qu'il soit, doit prendre vie par les acteurs. C'est ainsi qu'il se fait entendre dans toute sa force et sa beauté.

Bien sur, cela demande du travail, de l'investissement, mais j'ai remarqué d'expérience, que lorsqu'on propose un vrai défi aux élèves et qu'on leur fait confiance, en général, cela les galvanise, et bien sur, je mise aussi sur la contagion de ma passion pour ces œuvres.

Jusqu'à présent, j'ai trouvé chacun, très réactif et cela ne fait qu'accroitre la confiance que j'ai en eux pour aboutir ces deux projets. Qu'est ce qu'aboutir un projet dans ce cadre ? D'abord, que chacun soit heureux et fiers de vivre cette aventure, que chacun ait le sentiment de s'être dépassé, d'avoir progressé au delà de leur propres attentes, qu'ils se soient surpris eux-même a réussir ce qui leur semble aujourd'hui impossible. Ensuite que le public qui viendra assister aux représentations de fin d'année, et qui bien souvent est un public de proche, soit également surpris par la qualité du travail et se soit laissé prendre au jeu. Enfin que chacun reparte avec des étoiles de joies dans les yeux.

A suivre donc, ce n'est que le début.

- page 1 de 2